Décès du Sultan d’Oman Qabus ibn Saïd, grand ami de l’orgue

Orgue Klais – Opéra Royal de Mascate

 

Sultan Qabus ibn Saïd

 

 

Le Sultan Qabus ibn Saïd est mort le 10 janvier dernier à Mascate. Avec lui, le monde de l’orgue a perdu un ami.

Envoyé en Angleterre par son père à l’âge de seize ans, il étudiera d’abord à l’académie privée de Bury Saint Edmunds dans le Suffolk, où il deviendra un excellent cavalier et un grand amateur de musique classique. Il intègrera ensuite l’Académie royale militaire de Sandhurst jusqu’en 1962, puis servira pendant un an dans l’armée britannique en Allemagne en tant qu’officier du régiment des Scottish Rifles.

Devenu sultan le 23 juillet 1970 lorsqu’il renversa son père, il dirigera son pays pendant près de cinquante ans, contribuera au développement de son économie et de ses libertés et saura entretenir des relations paisibles, voire un rôle de médiation, avec les pays de la région.

Amoureux de la musique classique occidentale, le sultan a fait construire en 2011, l’Opéra Royal de Mascate qui se distinguait par son très haut niveau technologique et avec lequel l’Opéra de Lyon entretenait en particulier, une relation de partenariat privilégiée.

On doit aussi à ce joueur de luth et d’orgue (qu’il affectionnait particulièrement), la construction de l’orgue (70/IV+P) de l’opéra royal de Mascate (photo en illustration) qu’il a confiée à Philipp Klais. L’organiste anglais Ian Hockley en est le conservateur ; il était aussi « organiste attitré auprès du prince ».

Il est inédit et surprenant de voir un orgue de cette taille dans la péninsule arabique, partie du monde aux traditions religieuses musulmanes strictes. On forme le vœu que son cousin et successeur, Haitham ben Tarek, ministre du Patrimoine et de la Culture confirme son intérêt à poursuivre l’œuvre musicale du sultan Qabus.

 

On trouve des photos de l’orgue Klais et une vidéo de l’opéra sur les sites suivants :

https://www.la-croix.com/Culture/Musique/LOpera-Mascate-ecrin-splendeur-2018-12-26-1200991716

https://klais.de/m.php?tx=158

 
_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________20/01/2020

150ème anniversaire de la naissance de Louis Vierne (1870-1937)

   Louis Vierne à St Nicolas du Chardonnet

Pour célébrer le 150ème anniversaire de la naissance de Louis Vierne qui aura lieu le 8 octobre prochain, un mini-festival était prévu à la cathédrale Notre-Dame de Paris. Il aurait permis d’entendre l’intégrale des six symphonies, la messe solennelle, et d’autres pièces du compositeur. Les circonstances dramatiques d’avril dernier en ont malheureusement décidé autrement.

 

Quelques-uns des événements liés à cet anniversaire sont maintenus : tout d’abord, au CNSM, la masterclasse de Ben van Oosten et les conférences de Brigitte de Leersnyder et de Jean-Marc Leblanc, ainsi que deux concerts « autour de l’orgue » qui permettront d’entendre des œuvres de musique de chambre et des œuvres vocales de Vierne.

 

Le programme du festival est le suivant :

  • Lundi 27 janvier :
    – 10h : Conférence « Louis Vierne, sa vie, son oeuvre » par Brigitte de Leersnyder
    – 13h30-17h30 : Masterclasse avec Ben van Oosten (Vierne et Widor)
  • Mardi 28 janvier :
    – 10h : Conférence « Louis Vierne et la facture d’orgue » par Jean-Marc Leblanc
    – 13h30-17h30 : Masterclasse avec Ben van Oosten (Vierne et Widor)
  • Mercredi 29 janvier :
    – 19h : Concert « autour de l’orgue » au CNSM avec Louis Jullien
  • Mercredi 29 janvier :
    – 20h30 : Concert Ben van Oosten à l’église d’Auteuil
  • Jeudi 30 janvier :
    – 13h : Concert Dominique Levacque à l’Institut National des Jeunes Aveugles
  • Vendredi 31 janvier :
    – 19h : Concert « autour de l’orgue » au CNSM avec Constance Taillard

On trouve le détail complet des concerts sur le document en PJ : Programme Vierne – Paris janvier 2020.pdf


Illustration : Louis Vierne à l’inauguration de l’orgue de tribune de Saint-Nicolas du Chardonnet à Paris le 8 décembre 1927.

 
_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________17/01/2020

Guide de la musique ancienne ibérique

par Teresa Hernández Sánchez

 


Quelques aspects interprétatifs choisis de la musique ibérique ancienne pour orgue et clavier : ornementation, inégalité et doigtés d’après les sources d’époque. À travers duquel en peu de temps et de travail on pourrait jouer fantaisie avec le caractère approprié.

Étant, à la demande de l’auteure, lu et approuvé par l’illustre maître des maîtres Jean Ferrard.


 

Rédigé par Teresa Hernández Sánchez de l’ordre des hijosdalgos Hernández de Castille, native de la ville de Salamanque.

Guide-musique-ancienne-iberique.pdf

 
_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________14/01/2020

Promotion d’Olivier Latry au grade d’officier des Arts et des Lettres

Olivier Latry a été promu officier des Arts et des Lettres le 18 décembre à l’issue de son récital de Noël, à la Maison de la Radio à Paris.

 

Le programme de ce récital qui était le 2000ème de sa carrière était évidemment en partie consacré à Noël : Noël bourguignon de Claude Balbastre, variations sur un Noël de Marcel Dupré et un extrait de la Nativité du Seigneur d’Olivier Messiaen.
S’y ajoutaient des œuvres de Gaston Litaize, Louis Vierne, Jean Langlais et César Franck, ainsi que La Croix du Sud, poème symphonique de Jean-Louis Florentz.

La décoration lui a été remise par la compositrice finlandaise Kaija Saariaho.

Au cours de son discours, la compositrice a rappelé toute la complicité musicale qui les unissait : Olivier Latry a en effet interprété plusieurs de ses œuvres à leur création, notamment le concerto pour orgue et orchestre Maan varjot en 2014 à Montréal.

 
 

Olivier Latry est vice-président d’Orgue en France

Orgue en France se réjouit de cette distinction et lui adresse sincères félicitations.

 
_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________19/12/2019

Dessine-moi un orgue !

Le magazine Orgues Nouvelles propose à tous les jeunes musiciens de publier leur dessin d’orgue.

« S’il te plait… apprivoise-moi ! »… dit l’orgue au petit prince.

« Je veux bien, répondit le petit prince, mais je n’ai pas beaucoup de temps. J’ai des amis à découvrir et beaucoup de choses à connaître. – On ne connaît que les choses que l’on apprivoise, dit le renard. Les hommes n’ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n’existe point de marchands d’amis, les hommes n’ont plus d’amis. Si tu veux un ami, apprivoise-moi ! »

Apprivoiser l’orgue, apprendre à le connaître, à le côtoyer, à en sortir ces sons tour à tour fracassants et sublimes qui transportent nos petits princes vers des mondes sonores inouïs. Et le dessiner, pour mieux peut-être, justement, s’en faire un ami…

Orgues Nouvelles s’adresse à tous les jeunes musiciens qui souhaitent mettre en image leur vision de l’instrument : ils peuvent envoyer par mail ou voie postale le fruit de leurs travaux. Tous les dessins qui seront parvenus avant le 15 janvier 2020 trouveront place dans l’espace réservé du site de la revue – voire, pour certains, dans les prochains numéros – accompagnés de la photo, du nom, du prénom et de l’âge de chaque participant.

Les dessins, accompagnés des nom, prénom, âge et photo de l’auteur, doivent être envoyés par mail (redac@orgues-nouvelles.org) ou par courrier postal (Orgues Nouvelles, Coët-Sal-Mériadec, 56400 Plumergat, France).

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________04/12/2019

Emission d’un timbre consacré à la facture d’orgue par La Poste

Disponible en février 2020.

La série Métiers d’art inaugurée en 2016 a pour but de mettre en lumière divers métiers d’art en France et les savoir-faire rares, traditionnels ou innovants des artisans. En collaboration avec la direction de La Poste, un timbre-poste est édité dans cette collection pour mettre à l’honneur la facture instrumentale d’orgues. Ce timbre, imprimé en taille douce, illustre la profession de facteur d’orgues, le geste technique et les outils utilisés. Pour la première fois, la Poste tentera une impression avec encre argentée pour sublimer les tuyaux.

L’instrument retenu pour illustrer ce timbre est l’orgue 25/III+P de l’église Notre Dame de Saint Didier-au-Mont-d’Or (Rhône) réalisé en 2014 par la manufacture Michel Jurine.

Un tirage de 800.000 exemplaires à 1,40 € est prévu. S’y ajoutent 4.500 exemplaires à 6 € (document philatélique) et 30.000 exemplaires à 4 € (souvenir philatélique).


On trouve toutes les informations techniques sur : https://www.wikitimbres.fr/timbres/12017/2019-metiers-dart-facteur-dorgues

 
_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________04/12/2019

Décès de l’organiste Paul Couëffé le mercredi 20 novembre

L ’organiste Paul Couëffé vient de nous quitter, discrètement…

Paul Couëffé était né à Angers en 1931. Il débute ses études musicales au conservatoire de cette ville et obtient un prix d’excellence de piano et de musique de chambre dans les classes de Raphaël Fumet et Henry Becker, puis il devient l’élève d’André Fleury au conservatoire de Dijon dans les classes d’orgue et de piano supérieur, et fréquente assidûment la tribune de la cathédrale Saint-Bénigne où exerce Fleury. Ce dernier le recommande ensuite à Adrien Rougier, alors organiste de Saint-Pothin à Lyon.

En 1953, il est nommé organiste titulaire des Dominicains de Lyon en l’église du Saint-Nom-de-Jésus, dont il fera un haut lieu musical lyonnais. En 1959, il crée avec son frère Yves Couëffé, trompette solo de l’Orchestre national de France, les premiers concerts orgue et trompette en France. Concertiste, soliste de l’Orchestre national de chambre de Toulouse, de l‘Ensemble Instrumental de Grenoble et de l’Orchestre national de Lyon, il participe également en qualité d’organiste à de nombreux concerts et récitals en France et à l’étranger : Canada, Mexique, Venezuela, Italie, Hollande, Tchécoslovaquie, Suisse, Allemagne, Hongrie. Il est régulièrement invité à Berlin de 1978 à 2001. En 1970, il est invité d’honneur au festival international Johann Sebastian Bach à Leipzig et donne un récital de musique française en la cathédrale Sainte-Edwige de Berlin. En 1980, Pierre Cochereau, directeur du nouveau CNSM de Lyon, le nomme accompagnateur dans les classes de direction de chœur et de chant choral que dirige Bernard Têtu. Il est également accompagnateur du chœur de l’Orchestre national de Lyon de 1980 à 1992.

Il a joué sous la direction d’éminents chefs tels Ken Nagano, Serge Baudo, Theodor Guschlbauer, John Nelson, Louis Auriacombe, Emmanuel Krivine, Michel Corboz, Maurizio Arena…

Paul Couëffé présidait l’Association André Fleury. Il était un organiste de grand talent, à la technique solide, à la vision claire, à l’analyse parfaite, à la musicalité sans défaut. Il a consacré une grande part de ses concerts aux compositeurs du XX° siècle, notamment Reveyron et Bouvard (la filière lyonnaise !), mais aussi Fleury, ou encore Fumet, en même temps qu’il faisait chanter Bach ou Corrette. C’est, on peut le dire, lui qui avait lancé la « mode » du trompette et orgue, avec son frère Yves. Et il avait fait du Saint-Nom-de-Jésus, à Lyon, un véritable sanctuaire musical, durant plus de 60 ans.

L’homme était d’une grande gentillesse, avec un humour décapant, mais jamais méchant. Un maître débonnaire, à la carrière superbe, dont il y avait toujours quelque chose à apprendre.

Hervé Désarbre. Organiste titulaire de l’église Notre-Dame du Val-de-Grâce à Paris

  _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________25/11/2019

Salle Zaryadye à Moscou : Harmonisation du nouvel orgue Muhleisen 84/IV+P

Salle Zaryadye – Moscou
Photo : Sputniknews

Cette nouvelle salle de concert de 1.600 places, entièrement modulable est située à deux pas du Kremlin et de la place rouge. Elle a été inaugurée en septembre 2018, à l’occasion du 870ème anniversaire de la ville de Moscou. Elle dispose d’une acoustique exceptionnelle et particulièrement naturelle, réalisation du fameux cabinet Nagata acoustics sous la direction de M. Yasuhisa Toyota.

Elle accueille un orgue de 84 jeux construit par l’entreprise alsacienne Muhleisen (Meilleur Ouvrier de France et Entreprise du patrimoine Vivant). Cet instrument est un des plus grands instruments que la manufacture ait construits. L’orgue épouse la forme ondulée de la salle avec sa montre (aux bouches dorées à l’or fin…) s’étendant sur 22 mètres de façade.

Une fois que le nombre et le style des jeux ainsi que le budget eurent été définis, Muhleisen a pu entamer une fructueuse collaboration avec l’architecte russe de la salle allant même jusqu’à pouvoir faire modifier certaines lignes de l’architecture pour mieux intégrer l’orgue dans cet espace.

Il ne reste plus qu’à trouver un nom à l’orgue moscovite : « Je ne savais pas que cette tradition existait, cela ne se pratique pas en France, mais j’adhère à cette idée, puisque ça rend un caractère encore plus unique à cet instrument» se réjouit Patrick Armand, directeur de l’entreprise Muhleisen.

L’orgue est actuellement en cours d’harmonisation ; il sera inauguré le 29 février 2020. Les informations recueillies par les organistes qui ont été approchés laissent penser qu’un marathon des orgues pourrait être organisé. Mais rien n’est encore défini.


On trouve l’article complet sur : https://fr.sputniknews.com/international/201910031042202267-un-grand-orgue-francais-va-bientot-faire-vibrer-moscou/   _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________25/11/2019

L’organiste russe Anastasia Kovbyk a remporté le 7ème Concours International d‘Orgue de Dudelange

L’organiste concertiste russe Anastasia KOVBYK, déjà couronnée par plusieurs prix de concours internationaux, vient de gagner le 1er Prix au 7ème Concours International d’Orgue de Dudelange qui s’est déroulé du 8 au 13 septembre à l’orgue Stahlhuth-Jann de l’église Saint-Martin à Dudelange.

Anastasia KOVBYK a su convaincre le jury présidé par Bernard FOCCROULLE (Belgique) avec les membres Paul BREISCH (Luxembourg), Kay JOHANNSEN (Allemagne) et Monica MELCOVA (Espagne) par son interprétation magistrale d’œuvres de Jean Guillou, Thierry Escaich et Maurice Duruflé.

Le 2ème Prix et le prix du public ont été décernés à Tomoe INOMATA (Japon) et le 3ème Prix à Ae Shell NAM (Corée du Sud). Une prime de finaliste a été allouée aux deux autres finalistes Anna IVANOVA et Marcin KUCHARCZYK.

La lauréate Anastasia KOVBYK donnera un récital le 22 septembre 2020 dans le cadre du Festival International d’Orgue de Dudelange 2020.

Le Festival International de Musique de Dudelange (Luxembourg) est membre du comité de soutien d’Orgue en France. Plus de détails sur www.orgue-dudelange.lu

  _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________25/11/2019

Jean-Pierre Leguay – Portrait d’un compositeur et improvisateur

Ce livre, qui vient de paraître, est consacré à l’organiste titulaire émérite de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Il introduit à sa musique pour instruments seuls, et pour ses musiques de chambre et vocale. Il est enrichi d’entretiens, de ses principaux articles écrits pour des colloques et revues, des extraits de lettres. L’ouvrage commente aussi d’amples moments vécus dans l’atelier, observe de près l’artisan au travail, converse avec le compositeur, écoute ce qu’il dit de son oreille, de sa quête, de son horizon, du monde environnant.

Des compositeurs, des interprètes, d’anciens étudiants s’expriment avec l’auteur, étudient, scrutent, témoignent ; l’acuité de leur regard accompagne l’approche, ouvre et dilate la perception, capte la vie des œuvres.

« Dans le voisinage de commentaires analytiques, la lecture de bien des pages ne requiert aucune connaissance technique particulière. Elles parlent de rencontre, de relation entre la musique et l’homme-mélomane, de la disponibilité, de l’écoute, de la mémoire, du corps,… »
JP. Leguay


Éditions l’Harmattan
Parution : le 29/10/19
Format : 155 x 240 – 360 pages – ISBN : 978-2-343-18166-0
37 €

On peut également se référer au site internet de Jean-Pierre Legay : www.jeanpierreleguay.com/   _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________18/11/2019