Eglise Saint-Sulpice à Paris Dimanche 15 mai – Cinéma muet.

Image Guillaume Lechevalier-Boissel.
Grand-orgue de Saint-Sulpice : Crédit Selbymay CC BY-SA-3.0

Eglise Saint-Sulpice à Paris – Dimanche 15 mai à 16h00 Cinéma-muet
Sophie-Véronique Cauchefer-Choplin, Samuel Liégeon, Baptiste-Florian Marle-Ouvrard


Les étudiants du Lycée Saint-Sulpice, leur professeur Matthias Alaguillaume et les organistes Sophie-Véronique Cauchefer-Choplin, Samuel Liégeon, Baptiste-Florian Marle-Ouvrard travaillent depuis huit mois sur un projet enthousiasmant et innovant : une expérience revisitée du ciné-concert avec la projection de 4 courts-métrages muets (inédits). Ces courts-métrages sont imaginés et réalisés par les étudiants de la classe de terminale, option cinéma, du Lycée Saint-Sulpice. Parmi les quatre court-métrages, le plus court sera « musicalisé » par les trois organistes successivement. L’occasion de comparer les couleurs, les styles d’improvisation et le regard de trois musiciens sur de mêmes images.



Sous la supervision de leur professeur, ces étudiants ont revisité le genre des « symphonies urbaines ». Né avec le Manhatta de Paul Strand en 1921, ce genre a été popularisé en 1927 par le film de Walther Ruttmann Berlin, symphonie d’une grande ville (Berlin, Die Sinfonie der Grosstadt). Portraits vivants de la mégalopole, de ses mutations et de ses habitants, les symphonies urbaines conjuguent l’approche documentaire et une démarche expérimentale.

Pendant l’année scolaire, musiciens et étudiants se sont rencontrés en classe, mais aussi à Saint-Pierre de Chaillot avec Samuel Liégeon, à Saint-Eustache avec Baptiste-Florian Marle-Ouvrard et à Saint-Sulpice avec Sophie-Véronique Cauchefer-Choplin!

Un très beau projet pédagogique et un excellent moyen de faire se rencontrer et collaborer le monde du cinéma et celui de l’orgue.

 

Pour ceux qui ne peuvent se déplacer, la performance sera retransmise en direct sur le lien suivant : https://www.youtube.com/watch?v=oiF8T62P4B8

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________10/05/2022

JOUR DE L’ORGUE 2022 – Dimanche 8 mai à 17h10 sur ARTE « Chercheurs d’orgues »

Document ARTE

Dimanche 8 mai à 17h10 sur ARTE : « Chercheurs d’orgues ».

ARTE nous offre un magnifique cadeau à l’occasion du Jour de l’orgue : un remarquable film-documentaire intitulé « Chercheurs d’orgues » consacré aux orgues d’Europe du 17ème siècle à nos jours et écrit par Pascale Bouhénic et Bernard Foccroulle. Les images et la réalisation sont splendides et le contenu est passionnant.

On peut le voir dès maintenant en intégralité sur
www.arte.tv/fr/videos/101407-000-A/chercheurs-d-orgues/

Le film commence à la chapelle royale du château de Versailles et à l’église de Ponitz en Allemagne par une question simple : qu’est-ce qui fait que l’orgue français est français et l’orgue baroque allemand est allemand ? Le voyage dans le monde de l’orgue se poursuit en Italie à Peglio, en Espagne à la Colegiata San Pedro de Lerma, au château de Frederiksborg au Danemark, à Saint-Maximin la Saint-Baume, à la basilique Saint-Sernin à Toulouse, à l’église de la Trinité à Paris, etc.

Le panorama est vaste : il permet de mesurer toute la diversité de l’orgue et de sa musique dans le temps et dans l’espace. Cette diversité est notamment illustrée par Jean-Louis Florentz et son inspiration puisée dans ses voyages et en particulier en Afrique.

Rhoda Scott joue de l’orgue Hammond, Thomas Lacôte nous parle des Oiseaux et de Messiaen, Shin-Young Lee de Ligeti et Yves Rechsteiner de Moondog dont il interprète Single Foot (extrait de A new sound of an old instrument, 1979) avec Riho Terajima…

 

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________05/05/2022

L’organiste Brice Montagnoux nous a quittés

Brice Montagnoux

L’organiste Brice Montagnoux nous a quittés le 27 avril à l’âge de 44 ans.

Né en 1978 à Annecy, Brice Montagnoux entame des études d’orgue, d’écriture et analyse au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon avec Louis Robilliard et Jean Boyer, où il obtient les plus hautes distinctions : Diplôme National d’Etudes Supérieures de Musique (2001), Certificat d’aptitude et Master de pédagogie (2004).
Lauréat du Concours international d’orgue Xavier Darasse de Toulouse, il lui est décerné en 2004 par l’Académie française des Beaux-Arts le Grand Prix d’orgue Jean-Louis Florentz.
S’ouvre à lui une brillante carrière française et internationale qui l’amène à se produire régulièrement en concert dans des festivals, en soliste, mais aussi avec des ensembles vocaux et instrumentaux, en France (Paris, Lyon, Nantes, Rennes, Saint-Malo…) et à l’étranger (Suisse, Allemagne, Italie, Pologne).

Après avoir enseigné l’orgue au Conservatoire à Rayonnement Régional Toulon Provence Méditerranée, Brice Montagnoux est nommé en 2012 Directeur du Cefedem-Sud à Aix-en-Provence, et se consacre à la formation et à l’accompagnement de jeunes artistes et enseignants, en partenariat avec Aix Marseille Université et de très nombreux opérateurs culturels.

Brice Montagnoux a été par ailleurs organiste titulaire du grand orgue Isnard de la Basilique du couvent Royal de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume. Avec son épouse Eva Villegas, ils formaient un duo clarinette et orgue particulièrement renommé.

www.orgues-chartres.org/brice-montagnoux/

#orgue #musiqueclassique

 

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________02/05/2022

Décès d’André Pagenel, organiste honoraire des grandes orgues de la cathédrale de Bourges.

André Pagenel

Décès lundi 11 avril 2022 d’André Pagenel, organiste honoraire des grandes orgues de la cathédrale de Bourges.

Né en 1936, André Pagenel fait ses études musicales à l’Institut des Jeunes Aveugles à Paris sous la direction d’André Marchal, Gaston Litaize, Antoine Reboulot et Jean Langlais. Parallèlement, il travaille le piano avec Vlado Perlemutter.

À 21 ans lui est décerné le prix de répertoire Maurice Blazy et André Marchal et les premiers prix d’excellence en piano, orgue, composition, harmonie et contrepoint de l’I.N.J.A.

En 1958, il est lauréat du Concours International Maria Canals de Barcelone (piano) ; en 1959, il est lauréat du Concours International de Genève (orgue) et en 1963 il obtient le Grand Prix d’Exécution de l’Union Fédérale Française de Musique Sacrée.

Organiste de la Basilique de la Sainte Trinité de Cherbourg de 1958 à 1966, André Pagenel est nommé en 1966 titulaire du grand-orgue de la Cathédrale Saint-Etienne de Bourges poste qu’il occupera jusqu’en 2002. Il devient également professeur d’orgue au Conservatoire de cette ville en 1968.

Dès 1971, André Pagenel va s’investir, avec le soutien de Marie-Claire Alain, à mener une restauration du grand orgue de la cathédrale qui verra le jour en 1985 et qui sera l’œuvre de la Manufacture Alfred Kern.

Il participe aux festivals internationaux d’Avignon, Valence, Turin, Torento, Luxembourg, Salzbourg, Frederisborg, Lahti, Moscou et parcourt la France à l’occasion de nombreux concerts.

Il sera le fondateur et le directeur artistique du Festival d’orgue « Les très riches heures de l’orgue en Berry ».

 

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________15/04/2022

Emission d’un timbre « Les Grandes Orgues de Notre-Dame » par la Poste

La Poste sortira le 18 avril prochain un timbre à l’effigie du grand orgue.

Ce timbre s’inscrit dans une série initiée en 2020 et consacrée à Notre-Dame de Paris. Cette série vise à mettre en lumière les trésors de la cathédrale durant toute la période de sa restauration.

Le timbre sera tiré à 550.000 exemplaires ; il sera vendu au prix de 1,65 euros.

Cette création a été réalisée par Sarah Bougault d’après une photo ; on doit la gravure à Elsa Catelin.

Elsa Catelin animera une séance de dédicaces le vendredi 15 avril de 10H30 à 12H30 à Paris au « Carré d’encre » 13 bis rue des Mathurins 75009 PARIS
Vente dans les bureaux de Poste à compter du lundi 18 avril 2022.

 

La Poste a par ailleurs déjà consacré plusieurs timbres à l’orgue que l’on retrouve sur la page https://www.phil-ouest.com/Series.php?Nom_serie=Orgues

 

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________14/04/2022

Vient de paraître … mars 2022

CLAUDE BALBASTRE, un virtuose aux siècles des Lumières par Pierre Dubois

Titulaire des orgues de Notre-Dame, de l’église Saint-Roch et du Concert Spirituel à Paris, célébré pour son jeu virtuose, son toucher exceptionnel et son talent d’improvisateur, Claude Balbastre (1724-1799) fut adulé des foules et courtisé par la noblesse.

Disciple de Jean-Philippe Rameau, il fut le premier musicien à composer des concertos pour orgue en France et il innova aussi en concevant le « piano forte organisé » avec le facteur d’orgues François-Henri Clicquot. Balbastre occupe une place importante et singulière dans le paysage musical français du XVIIIème siècle. Il incarne pleinement l’esprit et l’élégance de son temps et reflète une transformation importante de la sensibilité musicale au XVIIIe siècle.

Longtemps négligé, voire dénigré, ce virtuose attachant mérite une réévaluation attentive en prenant en compte le contexte historique et esthétique de son époque.

Pierre Dubois s’intéresse aux questions de pratique et d’esthétique musicales en Angleterre et en France au XVIIIe siècle, sur lesquelles il a publié de nombreux articles et plusieurs livres en français comme en anglais. Agrégé d’anglais, professeur émérite de l’Université de Tours, il a été organiste suppléant puis titulaire de l’orgue historique F.-H. Clicquot (1783) de Souvigny (03) de 1984 à 2020.

 

Format : 15,5 x 24 cm, 360 pages
Harmattan Édition, commande@harmattan.fr, 01 40 46 79 20

 

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________23/03/2022

Rencontre régionale Orgue en France en Haute Corse

Cervione. Buffet de l’orgue en tribune
Peinture en trompe l’oeil. Crédit Ph. Lefebvre

Samedi 12 mars rencontre Orgue en France en Haute-Corse

La rencontre s’est déroulée avec la participation d’Elise Lancerotto, professeur d’orgue du conservatoire de Bastia et de plusieurs de ses jeunes élèves.

Elle a commencé par la visite de la pro-cathédrale Saint-Érasme de Cervione, avec présentation/audition de l’orgue. L’instrument de facteur inconnu était initialement au couvent Saint-François de Campulori sur la commune de Cervione. Il fut transféré à la cathédrale entre 1797 et 1861. Il a été restauré il y a plusieurs dizaines d’années par le facteur italien Barthélémy Formentelli.

Après une réunion à la mairie de Cervione qui a permis de riches échanges avec des organistes de Corse, un déjeuner convivial a rassemblé la vingtaine de participants à cette journée.

L’après-midi a commencé par la visite de la cathédrale Santa Maria de Bastia et la présentation du grand orgue. Construit en 1844 par les célèbres facteurs d’orgues italiens Serassi de Bergame, il est classé Monument Historique (buffet et partie instrumentale). Il s’agit ici du 2ème instrument sur les trois qui ont été construits par ces facteurs en France, après celui de Tende (Alpes-Maritimes) en 1807, et avant celui de Nice (Alpes-Maritimes) en 1848.

Enfin, la journée s’est terminée par la visite de l’église Saint-Clément de Pietracorbara. L’orgue Ferrari de 1845 vient d’être restauré par le facteur d’orgues Jean-Louis Loriaut. Comme d’autres instruments notamment en Corse, il présente la particularité d’avoir des tuyaux de façade escamotables au moyen d’un rideau monté sur enrouleur qui les protège de la poussière et des éventuels volatiles lorsque l’orgue n’est pas joué.

Cervione. Crédit Ph. Lefebvre

 

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________19/03/2022

Alsace, terre d’orgues. Documentaire diffusé par Arte.

Orgue Merklin, Eglise Notre-Dame de Versailles,
crédit : Arte

Alsace, terre d’orgues
Documentaire de 52 minutes diffusé par Arte
Lundi 7 mars 2022 à 11h10

 

Pendant un an, deux passionnés ont suivi la manufacture Mühleisen en atelier et sur les chantiers. En résulte un documentaire qui réjouira les amateurs d’orgue. Le site d’Arte accompagne cette diffusion du texte suivant :

« L’Alsace est la région de France où l’on trouve le plus grand nombre d’orgues : quelque 1 250 sur les 8 000 exemplaires répartis dans l’Hexagone. La facture et la restauration d’orgues constituent un art pratiqué depuis des siècles. « GEO Reportage » suit Patrick Armand, facteur d’orgues et dirigeant de l’une des manufactures les plus renommées d’Alsace.
Patrick Armand est facteur d’orgues. Il dirige l’une des manufactures les plus anciennes d’Alsace, l’entreprise Mühleisen située à Eschau (Bas-Rhin). Ses activités sont multiples : l’entretien et la conservation d’orgues anciens, la construction ou encore la restauration – au cours de laquelle l’instrument est entièrement démonté pour être transporté en pièces détachées dans l’atelier. C’est là qu’il sera entièrement nettoyé et soumis à une véritable « révision générale », appelée « relevage ». En sus de leurs compétences musicales, les facteurs d’orgues – souvent également organistes – doivent maîtriser un savoir-faire artisanal complexe mêlant la menuiserie, la ferronnerie, la métallurgie et le travail de matériaux aussi nobles qu’anciens. Chaque intervention requiert de très longs mois, souvent même plusieurs années.

La manufacture Mühleisen prépare actuellement la construction d’un orgue neuf pour une église protestante de Cologne, tandis qu’une équipe est à Versailles pour le relevage du grand-orgue Merklin de l’église Notre-Dame. À Amiens, le grand orgue de la cathédrale Notre-Dame a été déposé pour être restauré de fond en comble. La préservation des instruments d’antan nécessite le concours de nombreux spécialistes, chacun apportant sa pierre à l’édifice. Le facteur sait que les orgues sont immortels, puisqu’ils ont été pensés pour l’éternité. Pas étonnant qu’aujourd’hui encore, l’orgue reste pour beaucoup « le roi des instruments ».

 

Ce documentaire est d’ores et déjà disponible en ligne sur :
https://www.arte.tv/fr/videos/101139-009-A/geo-reportage-alsace-terre-d-orgues/

 
 

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________25/02/2022

France Musique : Création d’Allegramente de Jean-Pierre LEGUAY

Jean-Pierre Leguay,
Eric Porche, Samuel Liégeon

France Musique, Création d’Allegramente de Jean-Pierre LEGUAY
par Eric PORCHE et Samuel LIEGEON
Mercredi 23 février à 21h30, dans l’émission d’Arnaud Merlin

 

Allegramente est une commande de Radio France. Ecrite pour clarinette en si b (aussi clarinette basse) et orgue, elle est interprétée par ses dédicataires, Eric Porche et Samuel Liégeon (Eglise Saint-Pierre de Chaillot à Paris).

En préface à cette pièce, l’auteur, organiste émérite de la cathédrale Notre-Dame de Paris, écrit :

« J’aime le son de la clarinette : velouté, moiré, ardent, agile et souple comme le souffle. Il est, dans ma pièce, aube et coup d’aile. Clarinette et orgue se disent leur chant, leur voix, leur écume, leur clarté, leur vigueur.

Ni sommets escarpés, ni brasiers. Frôlements, élans feutrés, jaillissements, harmonies ensoleillées, vivacité ferme, sans aspérités rudes ; Allegramente.

En cours de route, dans un volubile flamboiement, deux tempi différents se superposent au chiffre 7 : noire = 84 environ pour la clarinette, noire = 96 pour l’orgue. Chacun des instrumentistes parcourt alors son territoire spécifique en toute indépendance, accueillant ainsi, sans s’en préoccuper, de multiples rencontres qu’un tempo commun ne pourrait susciter. L’organisation et la numérotation des mesures sont donc ici propres à chacun d’eux, les rencontres peuvent souplement varier d’une interprétation à une autre. Sa participation étant plus longue, l’orgue termine nécessairement après la clarinette. Retour du tempo commun et de la commune numérotation des mesures au chiffre 8 mesure 100.

Charles Ives était familier de tels chevauchements ; de même d’autres après lui, et notre quotidien fourmille de cheminements distincts simultanés.

On peut, mais uniquement pour cette séquence à double tempo (chiffre 7), éloigner géographiquement l’une de l’autre ces deux sources sonores.

Deux solos confiés à la clarinette encadrent le corps de l’œuvre. Pour le second, méandre après méandre, la clarinette basse plane et descend par paliers, avant de se retirer dans l’extrême grave et le silence. »

 
 

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________22/02/2022

L’orgue dans l’opéra, table ronde

Palais Garnier
crédit Alexander Hoernigk CC BY 3.0

Opéra Bastille de Paris – Mardi 15 février 2022 à 14h00 : L’ORGUE DANS L’OPÉRA, table ronde.

Au XIXe siècle, l’orgue résonna dans plus de quarante œuvres lyriques (Robert le Diable, Faust, Manon, Tosca…) pour lesquelles il fut, selon Gounod, la « carte maîtresse » de la réussite. Le Palais Garnier eut aussi son orgue, dès sa construction, œuvre de Cavaillé-Coll, toujours en place dans les coulisses.

L’Opéra de Paris se penche sur le rapport entre l’orgue et l’opéra à travers quatre tables rondes :

  • Fonctions de l’instrument au XIXe siècle : église, opéra, concert, par Olivier Latry, organiste titulaire des grandes orgues de Notre-Dame de Paris et professeur au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris
  • Histoire de l’orgue du Palais Garnier, par Adrien Perreau, chargé de l’inventaire du patrimoine au Palais Garnier
  • Les cloches dans l’opéra, par Régis Singer, expert pour le patrimoine campanaire auprès du ministère de la Culture
  • Histoire de la facture d’orgue : des métiers peu connus, par Michaël Walther, responsable du pôle Facture d’orgue au Centre de Formation de la Facture d’Orgues à Eschau (Bas-Rhin).

 

Les tables rondes ont lieu au Studio Bastille, 120 rue de Lyon à Paris.
Accès : gravir les grandes marches de l’Opéra Bastille puis à mi-hauteur franchir la grille à gauche pour accéder à la salle.

Elles seront modérées par Matthieu Odinet (titulaire des orgues de Notre-Dame des Blancs-Manteaux à Paris).

Entrée libre sur réservation adressée à opera-universite@operadeparis.fr

 
 

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________08/02/2022