Vient de paraitre : Winnaretta Singer-Polignac : Princesse, mécène et musicienne par Sylvia Kahan

commanditaire du Concerto pour orgue de Francis Poulenc créé par Maurice Duruflé

 Winnaretta Singer-Polignac
Winnaretta Singer-Polignac Photo : Les Presses du réel

 Orgue de Singer-Polignac
Orgue de la Princesse de Polignac avenue Georges Mandel à Paris
Catalogue des orgues de salons A. Cavaillé-Coll – Charles Mutin successeur Coll. Part. Y.R.

Américaine de naissance, Winnaretta Singer (1865-1943) était millionnaire à l’âge de dix-huit ans, héritière d’une part conséquente de la fortune des machines à coudre Singer. Son mariage en 1893 avec le prince Edmond de Polignac, compositeur aristocrate, lui a ouvert les portes de l’élite de la société française. Après le décès de son mari en 1901, Winnaretta mit sa fortune au service des arts, des sciences et des lettres. Son domaine de prédilection était la musique. Elle a aidé de nombreux artistes (N. Boulanger, C. Haskil, A. Rubinstein, V. Horowitz…) mais aussi de grandes formations artistiques (les Ballets russes, l’Opéra de Paris, l’Orchestre symphonique de Paris…).

Passionnée par la musique moderne, elle a commandé des œuvres pour qu’elles soient jouées dans son salon musical de son hôtel particulier de l’avenue Georges Mandel dans le 16è arrondissement à Paris. La liste des œuvres est aussi longue qu’extraordinaire, il y figure parmi les plus connues : Renard de Stravinsky, Socrate de Satie, El Retablo de Maese Pedro de Falla, le Concerto pour deux pianos de Poulenc et son célèbre Concerto pour orgue, orchestre à cordes et timbales qui fut créé dans son salon par Maurice Duruflé sur son orgue Cavaillé-Coll le 16 décembre 1938 sous la direction de Nadia Boulanger.

 

 Winnaretta Singer-Polignac
La Princesse de Polignac aux claviers de son orgue Photo : N.N.

Son salon était, en outre, un lieu de rendez-vous pour les grands visionnaires de la culture française tels que Proust, Cocteau, Monet, et Diaghilev. Colette… Nombre des descriptions de salons musicaux dans l’œuvre de Proust ont été directement inspirées par les concerts qui avaient lieu chez la princesse de Polignac.

 
 

Sylvia Kahan donne vie à cette femme hors normes, dont l’amour pour les arts a eu une influence incommensurable sur le monde musical et littéraire du XXe siècle.

Editions « Les Presses du réel » (version française), 808 pages, 87 illustrations en noir & blanc, 17 x 20 cm (broché) : 42,00 €

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________16/07/2018