Paris – Oct 2017 : Les lauréats du Concours international d’orgue André Marchal – Gaston Litaize :

Lucile Dollat (France) : Grand Prix d’Interprétation et Gabriele Agrimonti (Italie) : Grand Prix d’Improvisation

 

A l’issue de la Finale qui se déroulait vendredi 27 octobre sur les grandes orgues de Saint-Eustache à Paris, Louis Robilliard, président du jury composé de Elzbieta Karolak (Pologne), Shin Young Lee (Corée du Sud), Liesbeth Schlumberger (France) et Pascal Marsault (France), proclamait les résultats :
 

 Lucile Dollat et Gabriele Agrimonti
Lucile Dollat et Gabriele Agrimonti
à la console de Saint-Eustache

  • Grand Prix d’Interprétation (3.000 €) : Lucile Dollat, finaliste, 20 ans – France.

  •  

  • Prix du Public Interprétation : Lucile Dollat.

    Elève au CRR d’Aubervilliers-La-Courneuve, puis à celui de Saint-Maur-des-Fossés, Lucile Dollat est actuellement étudiante au CNSMD de Paris. Organiste co-titulaire de l’orgue historique de Notre-Dame-des-Vertus d’Aubervilliers, elle remportait en 2016 le Second Prix ex-aequo du Concours International d’Orgue Pierre Manchicourt de Béthune – Saint Omer et en mai 2017 le Prix de la Ville d’Angers et le Prix de la meilleure interprétation de l’oeuvre en création du Grand Prix Jean-Louis Florentz.

    Programme Finale : Bach, Toccata en Fa BWV 540 – Litaize, Scherzo – Guillaume Le Dréau, Deuxième étude « Pour les tierces » – Maurice Duruflé, Suite op 5.

  •  

  • Grand Prix d’Improvisation (3.000 €, Prix offert par la municipalité de Saint-Maur-des-Fossés) : Gabriele Agrimonti, finaliste, 22 ans – Italie.

    Gabriele Agrimonti fait ses études au Conservatoire de sa ville natale de Parme où il est co-titulaire de l’orgue de Santa Maria della Steccata depuis l’âge de 13 ans, il poursuit actuellement ses études au CNSMD de Paris en improvisation.

    Programme Finale : Adagio et Allegro sur deux thèmes proposés par Louis Robilliard – une paragraphe grégorienne sur le « Puer natus est nabis » – une improvisation libre sur un texte de Paul Eluard « Capitale de la douleur », 2è section « mourir de ne pas mourir ».

  •  

  • Second Prix d’Interprétation (1.000 €) : Thomas Kientz, finaliste 26 ans – France.

    Etudes au Conservatoire de Strasbourg et au Conservatoire de Saint-Maur (improvisation), Thomas Kientz a également travaillé avec Vincent Warnier puis au CNSMD de Paris (orgue, improvisation, harmonie, contrepoint, écriture), lauréat des concours de Saint-Maurice en Suisse et Pierre de Manchicourt Béthune Saint-Omer, il est organiste à Strasbourg des églises de Saint-Pierre-le-Jeune et Saint-Guillaume.

    Programme finale : Bach, Toccata en Fa BWV 540 – Litaize, Scherzo – Mernier, Prélude extrait du « Pange lingua » – Duruflé, Prélude et fugue sur le nom d’ALAIN.

  •  

  • Prix pour la meilleure interprétation d’une oeuvre écrite après 2000 (1.000 €, Prix offert par Monsieur Michel Snethlage) : Hina Ikawa, finaliste 30 ans – Japon.

    Etudes à l’Université Geidai de Tokyo en orgue et en clavecin puis au CNSMD de Lyon (Licence et Master), Hina Ikawa a obtenu en 2016 le Premier Prix du Concours Cavaillé-Coll et le Prix du public du Concours Jean-Louis Florentz.

    Programme finale : Bach, Toccata en Fa BWV 540 – Litaize, Toccata sur le Veni Créator – Mernier, Invention V – Reubke, Sonate sur le Psaume 94.

  •  

  • Prix pour la meilleure interprétation d’une oeuvre de Bach (1.000 €, Prix offert par Monsieur Michel Snethlage) : Raphaël Oliver, 23 ans – France, pour l’interprétation en 1/4 de finale du Prélude et fugue en sol Majeur, BWV 541.

    Etudes au Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris puis au CNSMD de Paris en orgue et écriture, Raphaël Oliver est organiste de l’église Saint-Joseph-des-Epinettes à Paris.

  •  

  • Prix pour la meilleure interprétation d’une oeuvre française (1.000 €, Prix offert par Monsieur Michel Snethlage) : Raphaël Oliver, pour l’ensemble de sa prestation en 1/4 et 1/2 finale.

  •  

  • Prix Gaston Litaize (réalisation d’un CD) : Raphaël Oliver, pour l’ensemble de sa prestation en 1/4 et 1/2 finale.
  •  

  • Mention spéciale interprétation : Mayu Harada, 26 ans, Japon, pour l’ensemble de sa prestation en 1/4 de finale.

    Etudes à l’Université Geidai de Tokyo (orgue, clavecin, basse continue, piano), elle poursuit ses études au Conservatoire de Saint-Maur-des-Fossés.

  •  

  • Mention spéciale improvisation : Geerten Liefting, finaliste, 34 ans, Hollande.

    Etudes d’orgue au Conservatoire d’Utrecht et de direction de choeur et composition au Conservatoire Royal d’Anvers et à Rotterdam, Geerten Liefting a obtenu le Premier Prix du Concours d’Improvisation de Haarlem en 2016.

    Programme Finale : Adagio et Allegro sur deux thèmes proposés par Louis Robilliard – une paragraphe grégorienne sur le « Puer natus est nabis » – une improvisation libre sur un texte de Paul Eluard « Capitale de la douleur », 2è section « mourir de ne pas mourir ».

 

Le concours dont les épreuves éliminatoires se déroulaient sur les orgues de la Cathédrale de Créteil, de Saint-Louis de Vincennes, de Notre-Dame-du-Rosaire de Saint-Maur-des-Fossés était organisé par l’Association Gaston Litaize et l’Académie André Marchal par Martine Litaize, Susan Landale, Eric Lebrun et François Sabatier.

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________29/10/2017