Création d’Orgue à Clairvaux-les-Lacs (Jura)

Francis Jacob (Saessolheim, Strasbourg) inaugurera, le samedi 1er septembre à 20h30, le nouvel orgue de Clairvaux-les-Lacs (Jura) construit par Bernard Aubertin (entrée libre).

L’inauguration religieuse, par Etienne Baillot, avec bénédiction, aura lieu le dimanche 7 octobre, à 16 heures.

L’association des Amis de l’Orgue du Pays des Lacs, créée en 2008, s’est mobilisée pour trouver le financement de cet orgue de 17 jeux, avant d’obtenir quelques subventions du Conseil Général.

Il aura une vocation liturgique, mais aussi pédagogique et culturelle dans ce pays de tourisme.
Le buffet (8m x 5m) est basé sur le principe du nombre d’Or.

 

Grand Prix d’Orgue de Chartres

Le 23e Concours international d’Orgue de Chartres se tiendra du 30 août au 9 Septembre 2012 en la cathédrale de Chartres.

Cette année, le jury est présidé par Michel Bouvard (France). Les membres du jury sont : Jeffrey Brilhant (USA), Thierry Escaich (France), Laszlo Fassang (Hongrie), Erwan Le Prado (France), Monica Melcova (Slovaquie), Tomasz Adam Nowak (Allemagne).

70 candidats issus de 18 nationalités s’y sont présentés, 24 d’entre eux ont été sélectionnés pour se présenter aux épreuves éliminatoires qui se déroulent à Paris. Le concours 2012 comprend deux disciplines : interprétation et improvisation.

Les finales publiques du Grand Prix de Chartres se dérouleront le dimanche 9 Septembre à 13h30.
La proclamation des résultats ainsi que la remise des récompenses suivront la finale (autour de 18h30).

Le « Grand Prix » se voit assurer pas moins de cinquante engagements dans les plus hauts lieux de l’orgue et dans les grands festivals du monde (Europe, Etats-Unis, Amérique du Sud, Canada, Afrique du Sud, Corée, Japon, Russie, etc.).

Ce concours international a été créé en 1971 à l’initiative de Pierre Firmin-Didot son fondateur et de Pierre Cochereau. Il est organisé par l’association des grandes orgues de Chartres. Il a lieu tous les deux ans, et s’adresse aux organistes de moins de 35 ans. Depuis sa création il a rassemblé 1000 candidats du monde entier, 59 lauréats dont 29 Grands Prix, les membres du jury les plus éminents. Il comporte dans chaque discipline (interprétation et improvisation) une épreuve de présélection, deux épreuves éliminatoires et une épreuve finale ; le jury peut décerner pour chaque discipline un grand prix, un second prix et divers autres prix. Le public est appelé à voter pour un prix du public tant en interprétation qu’en improvisation.

orgues.chartres.free.fr

Décès de Henri Delorme

Henri Delorme, ancien président de la FFAO nous a quittés samedi dernier, 18 août.

Parallèlement à des études de Lettres classiques couronnées par l’agrégation, Henri Delorme a travaillé l’orgue à Lyon avec Joseph Hetsch, puis le piano à Strasbourg avec Hélène Boschi, l’orgue avec Michel Chapuis et la musicologie avec Marc Honegger.

Titulaire de l’orgue historique François-Henri Clicquot (1783) de Souvigny depuis 1971, il a rédigé des articles pour le Dictionnaire de la Musique de M. Honegger, et réalisé l’inventaire des Orgues de l’Allier pour la D.R.A.C. Auvergne.

Henri Delorme a animé de nombreux stages de sensibilisation à l’orgue, des classes primaires à l’université, notamment plusieurs années dans le cadre du Summer Institute for Organ Studies de Souvigny, à destination d’étudiants et d’enseignants américains.
Il a donné des concerts en France et à l’étranger (Espagne, Italie, Suisse, Canada, U.S.A.) et dans le cadre de plusieurs festivals.

Fondateur de l’Association Saint-Marc de Souvigny (qui organise chaque année depuis dix ans les Journées Musicales d’Automne) et de la Fédération des Amis de l’Orgue de l’Allier, il a été Président de la F.F.A.O. de 1992 à 2002 ainsi que technicien-conseil pour les orgues historiques d’Auvergne et de Bretagne auprès du Ministère de la Culture de 1996 à 1998.

Erudit, curieux de tout, chaleureux et accueillant, Henri Delorme était un musicien original et attachant.
Il connaissait l’orgue de Souvigny mieux que quiconque et savait le mettre en valeur de façon exceptionnelle. Son humour, sa finesse, sa gentillesse, sa grande intelligence et sa vaste culture nous feront cruellement défaut.

La cérémonie d’obsèques aura lieu à Souvigny jeudi 23 août prochain à 10h.

Création Thierry Escaich

Pour la sixième édition du Festival d’Arras du 24 au 31 août, « Les Inouïes 2012  » (association Musique en roue libre, direction artistique Fabrice Bihan), honorent Jean-Sébastien Bach, en suivant ses héritiers.

Cette saison, le compositeur invité est Thierry Escaich. Il fera goûter ses « Six nouveaux préambules aux suites de Bach pour violoncelle seul », commande du Festival.

Le « sixième préambule sur la sixième suite de Bach » sera créée lundi 27 août à 21 heures par Thierry Escaich, le Quatuor Gaïa et Christian Pierre La Marca (violoncelle)  en l’église Saint-Vaast de Béthune (orgue Freytag-Tricoteaux), dans le cadre de la saison 2012 de l’association Orgues en Béthunois (responsable : Bernard Hédin).

A noter qu’une autre création d’œuvre sera entendue le 6 octobre à Béthune, Madrigaux pour orgue de Michael Radulescu, à l’issue du 4ème concours international 2012 Pierre de Manchicourt (*), dont le jury sera présidé cette année par l’organiste-compositeur. L’œuvre sera créée par Pascale Rouet.
(*) compositeur franco-flamand né à Béthune, (15101564). Maître de chapelle de la cathédrale de Tournai, il s’installe ensuite à Arras puis à Anvers, avant d’être nommé maître de la Capilla Flamenca de Philippe II à Madrid.

orguebethune.free.fr
lesinouies.fr

Marie-Claire Alain

Marie-Claire AlainMarie-Claire Alain, membre de notre comité d’honneur, vient d’être élevée au rang de Grand-officier dans l’ordre de la Légion d’honneur.

Nous lui adressons nos amicales félicitations, et nous réjouissons de cette distinction si méritée qui, grâce à elle, rejaillit un peu aussi sur le monde de l’orgue tout entier.

Sept jeunes talents à l’affiche

Languedoc, juillet 2012.

Sept talentueux organistes de la génération « montante » se produisent cet été dans le cadre du Festival de Radio-France à Montpellier du 11 au 26 Juillet lors d’une série « Jeunes solistes de l’orgue » comprenant 14 concerts sur des instruments et villes différents.

Il s’agit de Coralie Amedjkane, Marie Faucqueur, Paul Goussot, Samuel Liégeon, Virgile Monin, Thomas Ospital, Pierre Queval.

Tous issus des grandes classes d’orgue françaises, ils sont déjà, pour certains, lauréats des grands concours internationaux, comme ceux de St Albans, Bruges, Luxembourg, Leipzig, Haarlem, Saragosse, Biarritz, etc. Ils participent au rayonnement de l’école d’orgue française en donnant de nombreux récitals à l’étranger, voire, pour certains, en étant sollicités pour des résidences comme au Sapporo Concert Hall au Japon ou à la cathédrale Saint-Louis de la Nouvelle-Orléans.

Deux axes principaux à ce cycle : Bach et ses contemporains pour illustrer le langage luthérien en usage au temple, et l’improvisation, cette forme d’expression spontanée chère aux organistes, pratiquée de tout temps, permettant à la musique de « coller » au plus près du déroulement de l’office. Plus que jamais, l’improvisation passionne les jeunes organistes qui savent aujourd’hui manier cet art dans tous ses styles et dans divers contextes, à tel point qu’ils en viennent à retrouver parfois le chemin de l’accompagnement du cinéma muet.

Alors, que chantent les orgues d’Aniane, Beaucaire, Bagnols-sur-Cèze, Céret, Clermont-l’Hérault, Le Vigan, Montagnac, Montréal-de-l’Aude, Nîmes, Roquemaure, Saint-Hippolyte-du-Fort, Saint-Laurent-de-la-Salanque et Sigean !

festivalradiofrancemontpellier.com

Inauguration d’un orgue neuf

Historique

La restauration de l’orgue de St Pol sur Ternoise, dans la région Nord Pas-de-Calais, a été effectuée par Laurent Plet, facteur d’orgues à Troyes, pour redonner un orgue digne de la nouvelle église (1961). C’est grâce à la ténacité de François Lecouffe, ancien élève du regretté Jean Boyer au CNR de Lille, que ce projet a pu se réaliser, après 15 ans d’efforts.

L’église Saint-Paul d’origine a été bombardée en 1943 et les éléments de l’orgue ont été dispersés. Si bien que lors de la reconstruction en 1960, il a été difficile de reconstituer l’instrument que les frères basiliens (facteurs d’orgues installés à l’abbaye de Valloires au XIXe siècle) avaient restauré une première fois en 1845. Dans les années 60, plus grand monde ne s’y est intéressé. François Lecouffe, avec René Grandsir et Gérard Bocquillon, se sont passionnés pour l’instrument délaissé, en décelant les qualités historique et musicale. Avec quelques autres, dont René Grandsir, président et Gérard Bucqillon, ils ont lancé l’idée de sa reconstruction complète. Il ne savait pas alors que ceci déboucherait sur une restauration presque à l’identique de l’orgue d’origine.

D’abord voué à la destruction après une première expertise, l’orgue a été sauvé, grâce à Roland Galtier dont le rapport détaillé a mis en évidence un instrument de grande qualité, s’apparentant à celui de l’abbaye de Saint-Riquier. Quelques années plus tard, le résultat est là. Avec un budget de 430 000 € (50 % État, 25 % CG du Pas-de-Calais , 25 % commune) et du mécènat (Rotary-Club d’Armsberg en Allemagne et de Saint-Pol, Fondation Crédit Agricole…), le buffet a été entièrement restauré en chêne, tout le mécanisme a été refait.

Inauguration

L’inauguration officielle a été faite avec Aude Heurtematte, ancienne élève de Jean Boyer, comme François Lecouffe, et Helmut Schulte, organiste à Warstein, la ville allemande jumelée avec la capitale du Ternois.

Les 12 juillet et 30 août, l’orgue de Saint-Pol-sur-Ternoise accueillera les stagiaires en formation de jeune organiste liturgique dans le cadre des deux sessions organisées à Arras, comme chaque année.

Pour plus d’informations, contacter l’association des Amis de l’orgue de Saint-Pol-sur-Ternoise, 3 rue de la Paix 62130 Saint Pol de Ternoise.
L’association est membre d’Orgue-en-France.

Retour sur le Jour de l’orgue

Le Jour de l’orgue 2012 : retour sur une expérience réussie

 

Premier événement national d’Orgue en France, le Jour de l’orgue avait pour objectif de rendre plus visible le riche patrimoine organistique français auprès du public le plus large, ainsi que le dynamisme des centaines d’acteurs locaux et régionaux, organistes, associations, enseignants, facteurs d’orgues. Tous se sont mobilisés avec enthousiasme, qu’ils en soient remerciés.

600, c’est le nombre de manifestations qui se sont déroulées dans toutes les régions métropolitaines et une région d’outre-mer particulièrement active – la Guyane.

Une grande variété

Si on a pu assister à de traditionnels récitals – orgue, en solo ou avec instruments, voix – de nombreuses visites d’instruments ou d’ateliers de facteurs ont pu être organisées, des auditions d’élèves – parfois fort jeunes, des marathons, des routes des orgues, et même des inaugurations (dont celle d’un harmonium).

Un public nouveau

Visite de l’orgue à Gaillard (74) avec Daniel Hameline

L’audience a été encourageante, souvent au-delà (rarement en deçà) de la fréquentation habituelle. C’est sans doute au total plusieurs dizaines de milliers d’auditeurs qui auront suivi ces journées. Le noyau des habitués et des fans était bien sûr présent au rendez-vous ; mais un nouveau public d’adultes et – surtout – de jeunes et d’enfants, souvent venus en famille, s’est montré captivé tant par l’instrument dans sa dimension sonore que par la machine-orgue : monter à la tribune, entrevoir la complexité qui se cache derrière les boiseries fut pour beaucoup une découverte et un étonnement.

L’événement a été largement couvert par les médias locaux, ce qui a permis à un large public d’être informé des manifestations et de la vocation nationale du projet. Notre ambition pour l’année prochaine est, en capitalisant sur les six cents manifestations de cette année, de sensibiliser les grands médias nationaux tant sur l’importance de l’orgue dans le monde culturel que sur l’aspect exceptionnel que constituent ces journées en tant qu’événement.

La portée internationale du Jour de l’orgue 2013, fixé au lundi 6 mai (et le week-end précédent) devrait être un argument porteur.

Rendez-vous donc en 2013 !

 

Réunions régionales

Environ 500 personnes ont participé aux réunions régionales qui se sont tenues dans plusieurs villes de France au cours des mois de janvier et février.
Chacune a été l’occasion de faire un large tour d’horizon sur la situation de l’orgue en France, la philosophie et les  orientations générales de l’association. De nombreuses interventions et témoignages de la part des participants ont permis d’exprimer des problématiques, des difficultés, des attentes, mais aussi des succès et des espoirs.
Parmi les principaux thèmes abordés, celui de l’image de l’orgue, trop souvent associé à l’église bien qu’il appartienne le plus souvent à la collectivité publique, et la nécessité de développer un usage autre que liturgique, en recherchant de nouveaux publics et de nouvelles formes de spectacles. Des questions sur la politique de l’État en matières d’orgues, qu’il s’agisse de restaurations, de constructions d’orgues neufs, dans les salles de concert en particulier. Enfin, une forte demande d’information juridique sur des questions aussi diverses que le statut des organistes, l’organisation de concerts dans les églises, ou encore le montage de dossiers de restauration ou de construction.
Un compte-rendu détaillé de ces réunions a été adressé à chaque membre d’Orgue en France.